Journée de pêche

vue sur Cát Bà depuis la 2e plateforme
vue sur Cát Bà depuis la 2e plateforme

Samedi 18/12 nous nous sommes levés au petit matin pour partir avec mon fils et mon beau-frère pour une journée de pêche à Cat Hai. C’est la zone à l’ouest de l’île de Cát Bà :

voici où nous sommes allés
voici où nous sommes allés

Trajet

Tôt le matin il n’y avait pas grand-monde sur la route. Nous étions surpris, et encore un peu endormis dans la voiture.

pas grand-monde...
pas grand-monde…

Nous sommes passés devant l’usine de voitures VinFast, là aussi trop tôt pour les ouvriers, et personne sur la route :

l'usine de voitures vietnamiennes VinFast
l’usine de voitures vietnamiennes VinFast

Ensuite nous sommes arrivés au port depuis lequel on prend les ferries vers l’île de Cát Bà. Mais nous attendions un petit bateau de pêche.

on attend notre bateau
on attend notre bateau

Une fois dedans, nous étions avec mon fils les parfaits touristes chacun avec notre gilet de sauvetage sur le dos, bien attaché… vous pouvez voir que le masque est pris très au sérieux par beaucoup. Même un pêcheur une fois arrivé, 40m à l’écart des autres l’a gardé toute la journée de pêche… le battage médiatique fonctionne très bien.

plutôt serrés...
plutôt serrés…

L’emplacement

Au début nous avons déposé le premier groupe sur un parc à coquillages… je me suis dit qu’ils devaient être bien motivés, déjà qu’ils avaient les vestes de pêche pros avec plein de poches et d’outils spécialisés !

on vient de déposer le premier groupe
on vient de déposer le premier groupe

Nous nous attendions plutôt à être amenés sur une plateforme digne de ce nom, donc avec un plancher… mais le même sort nous attendait ! voici donc ce sur quoi j’ai débarqué avec mon fils et mon beau-frère :

parc à coquillages
parc à coquillages

Même ce dernier ne s’y attendait pas. J’ai redécouvert l’art de marcher comme un crabe ou un pingouin sur ces longs bambous. Avec mon fils nous ressentions comme un stress modéré mais permanent de devoir toujours faire attention à comment se tenir, garder l’équilibre, où positionner les pieds… ça aura duré 7 heures jusqu’à ce qu’on reparte en bateau. A espacements réguliers il y avait des blocs de polystyrène expansé emmaillotés dans du film plastique noir et attachés par des cordelettes de plastique pour faire flotter le parc. C’était les endroits où nous pouvions poser les pieds et trouver un peu de sérénité… ou moins de stress 😉

un bonheur, marcher sur du plat
un bonheur, marcher sur du (presque) plat
vue imprenable sur Cát Bà
vue imprenable sur Cát Bà
immensité
immensité

Repas de midi

Le pêcheur est venu nous préparer un repas assez simple : nouilles instantanées avec des légumes bouillis, préalablement rincés à l’eau de mer. J’avais pris une bouteille de whisky, toujours apprécié ici. Pour partager, faute de verres, un autre pêcheur a eu l’idée de couper une bouteille d’eau minérale en deux :

pause midi à 11h15
pause midi à 11h15

Sur la gauche de la photo vous voyez le tube dans lequel le pêcheur professionnel rajoutait régulièrement de l’eau douce, je pense pour refroidir le moteur diesel. On voyait de l’eau chargée de rouille bouillonner au bout de ce tube quand le moteur tournait.

A la fin d’autres pêcheurs ont acheté des coquillages, c’était tout un petit écosystème avec des crabes de différentes tailles et des crevettes minuscules qui se cachaient entre les coquillages.

pesée des coquillages
pesée des coquillages

Concluons

Au final j’aurai pris seulement un poisson sur 7 heures de pêche, mon fils plusieurs, c’est sa passion ! dont un fugu, le fameux poisson toxique japonais, que nous avons vite relâché. J’étais ravi de la journée, mais mon fils et mon beau-frère me rejoignent sur la conclusion : c’était bien d’essayer, mais la prochaine fois nous choisirons un endroit plus facile comme une jetée ou pêcher depuis un bateau.

By Julien

https://www.linkedin.com/in/julien-fiches/

Leave a comment

Your email address will not be published.